Les grands enjeux de la relance du tourisme balnéaire à Oran

0

 Oran a besoin d’une entreprise publique de gestion des plages. C’est la conclusion à laquelle est parvenue la commission de l’irrigation, de l’agriculture, des forêts, de la pêche et du tourisme -structure installée par l’APW d’Oran dans le cadre de la préparation de la prochaine saison estivale- pour mettre fin aux atermoiements des pouvoirs publics dans la concrétisation des recommandations préconisées chaque année pour la relance du tourisme balnéaire d’une wilaya destinée à être une destination touristique tout au long de l’année. Cette structure aurait pour charges principales de gérer les parkings de stationnement-tombés depuis des années entre des mains clandestines qui n’hésitent pas à user de violence envers les estivants-, encadrer les activités commerciales sur les plages (location des parasols, tables, chaises…), veiller au respect du libre accès aux plages aux estivants, surveiller le nettoiement et la collecte des déchets et l’entretien et l’exploitation des installations (gicleurs, toilettes, vestiaires), veiller au respect du règlement régissant les activités nautiques (la location des jet-skis…), entretenir l’éclairage public au niveau des plages et encadrer les camps d’été pour les familles à revenu moyen. La commission explique être parvenue à cette conclusion après avoir effectué plusieurs sorties sur le terrain et tenu des réunions avec divers acteurs, dont des directeurs exécutifs, des agents économiques, des professeurs d’université et des associations de la société civile intéressés par le secteur du tourisme. Les sorties sur sites effectuées dans la majorité des stations balnéaires de la wilaya, ont permis de mettre en exergue des anomalies de diverses natures qui nuisent au tourisme et ne permettent pas à Oran de maximiser l’exploitation de ses potentialités. Du manque d’entretien des plages à l’absence des commodités (vestiaires, toilettes…) en passant par le déversement des eaux usées sur les plages, la présence aussi inédite que dangereuse d’un câble électrique dans l’eau à Aïn El-Kerma, l’inadaptation d’un certain nombre de postes de la Protection civile, l’absence de l’éclairage public, la nécessité de réaménager certaines plages (comme Cap Blanc qui peut être élargie), le manque d’espaces de divertissements…, la commission a prévenu que ces dysfonctionnements doivent être solutionnés dans les plus brefs délais si l’on veut que la wilaya d’Oran soit une véritable destination touristique qui puisse concurrencer les cités du bassin méditerranéen. Et de préférence avant l’afflux des milliers de visiteurs attendus en 2021 à l’occasion de l’organisation des Jeux méditerranéens, manifestation sportive dont les retombées économiques pourraient être considérables pour la capitale de l’Ouest. Avec les JM 2021, la wilaya d’Oran a une chance unique de sauvegarder ses infrastructures sportives, mais aussi culturelles et touristiques, d’autant que les plus hautes autorités de l’État ont dit et répété qu’elles mettaient à la disposition des autorités locales tous les moyens nécessaires pour la réussite de cet évènement méditerranéen. Il reste à savoir si Oran saura se transcender pour être à la hauteur de ce défi qui, au-delà de la réussite des JM, consiste à la poser comme une cité touristique incontournable dans le bassin méditerranéen.

S. Ould Ali

 

Partager sur :

Laisser une réponse