La cité El Ryad d’Oran : un modèle d’habitat réussi signé Hasnaoui

0

Le Groupe des Sociétés Hasnaoui œuvre  à démontrer, en se positionnant comme modèle, qu’il est possible de bien construire  et d’offrir un cadre de vie agréable aux Algériens sans l’intervention de l’Etat et sans attenter aux lois du marché. La cité El Ryad d’Oran en est la parfaite illustration.

Le quartier El Ryad est une cité pilote bâtie par le groupe Hasnaoui  à la demande de l’ancien wali d’Oran. Cette cité, située dans la commune de Bir El Jir, compte 1772 logements. La particularité de cette cité est la qualité des logements qui sont réalisés avec des matériaux de haute qualité et une expertise d’une magistrale rigueur, capitalisée par le Pôle Construction du GSH avec le temps, mais aussi le cadre de vie agréable qu’elle offre. En effet, la beauté du site, la propreté, la sécurité et la sérénité qui y règnent font que tous les logements ont été vendus,  à des prix très concurrentiel de surcroîts (130 000 DA le M2) et que le Groupe reçoit régulièrement des demandes d’achat.

Le secret de cette réussite et de l’attractivité de la cité Ryad est dans l’existence de la société de gestion immobilière, Giryad, qui s’occupe de la gestion du site qui est appelée, deux ans après la vente du dernier logement et sa livraison, à évoluer en société par actions détenue par les copropriétaires, conformément à la loi régissant les promotions immobilières. «  Derrière tout ce que vous voyez, il y a la Giryad », nous a affirmé Mme Malika Benabdelwahab, Directrice de cette société. « La Giryad emploie 150 personnes qui prennent en charge les volets sécurité, entretien, hygiène et maintenance afin de garantir une sérénité permanente au sein de la cité », nous a-t-elle expliqué.

Comment sont rémunérés les employés de la Giryad ? Mme Abdelwahab nous a expliqué que les habitant de la cité El Ryad paient chacun 5000 DA par mois pour contribuer au fonctionnement de la Giryad. Toutefois, les sommes rassemblées à partir des contributions des habitants ne suffisant pas, la Giryad a développé des activités rémunératrices au sein de la cité afin d’équilibrer ses comptes. «La cité El Riyad est une résidence assise sur 50 hectares et elle fonctionne sur la base d’un règlement de copropriété, ainsi que par des règles de vie interne mises en place par la société de gestion Giryad. La Giryad ne cherche pas à faire des bénéfices. Son objectif est de gérer la cité. Pour rémunérer nos employés, nous avons développé l’activité de tri des déchets ménagers. Nous faisons le tri sur place dans les locaux-poubelles et nous vendons les déchets pour des entreprises locales de recyclage. Nous avons également développé des activités sportives et ouvert une bibliothèque de prêt avec des abonnements annuels. Il y a par ailleurs le service IPTV, la télévision par câble, qui permet de bannir les antennes paraboliques des balcons, d’offrir des services de qualité aux habitants et de gagner à travers des abonnements mensuels à 1500 DA par foyer », nous a expliqué Mme Benabdelwahab  en précuisant que dans les cas où des déficits sont enregistré, c’est le Groupe des Sociétés Hasnaoui qui le compense à travers des subventions.

Toutefois, un défi majeur reste à relever : le maintien de la Girayd et de son fonctionnement selon les même standards actuellement en vigueur même après le départ du Groupe Hasnaoui et la transformation de la société en question en société par actions détenue par le copropriétaire. « Le défi  pour nous est que la Giryad continue à fonctionner même après notre départ. Nous sommes conscient que c’est difficile, mais en même temps, comme il s’agit d’une première expérience en Algérie, nous avons le devoir de démontrer que ceci est possible et nous travaillons à trouver les solutions les plus idoines pour assurer sa pérennité. Nous sommes optimistes », a assuré Malika Benabdelwahab.

Partager sur :

Laisser une réponse