M. Mouloud Chérifi, un Wali au chevet d’Oran

1

Comme il l’avait fait juste aprés son installation a la tête de la Wilaya de Bouira, le nouveau Wali d’Oran, M. Mouloud Cherifi, au lendemain de sa prise de fonctions a choisit de s’attaquer au secteur de l’hugiéne publique et de l’envirronnement. Une premiére et vaste campagne nettoyage et d’éradication des « points noirs » a été lancée samedi dernier, mobilisant plusieurs directions de l’exécutif, les APC, les entreprises de wilaya concernées. Même les journalistes locaux ont été sensibilisés et invités à couvrir cete premiére sortie du Wali consacrée à la lutte déclarée contre l’insalubrité et la dégradation du cadre de vie collectif. Il faut rappeler que M. Mouloud Chérifi, avait une semaine auparavant ordonn la prise en charge immédiate des problèmes touchant l’environnement et le cadre de vie général des citoyens.
Selon un communiqué remis à l’APS, Mouloud Chérifi qui a pris ses fonctions de nouveau wali d’Oran, suite au mouvement opéré jeudi par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, dans le corps des walis, a tenu une réunion de coordination de toutes les directions et structures concernées par le dossier de Environnement, eu égard à l’intérêt à accorder aux aspects liés à l’environnement et à l’hygiène du milieu de la ville, notamment durant cette période de la saison estivale. Le wali a donné des instructions, lors de cette réunion, pour une prise en charge immédiate de l’environnement et de l’hygiène du milieu à travers toute la wilaya, en assurant un service public efficace et permanent dans ce domaine. La prise des fonctions du nouveau wali s’est déroulée en présence du président de l’APW et des cadres de la wilaya. A cette occasion, il a présenté les grandes lignes de son programme de travail. Concernant les grands projets de la wilaya, le wali a annoncé la mise en place de superviseurs pour assurer la coordination entre les chantiers. Lors d’une premiére sortie sur le terrain, M. Cherifi Mouloud a otament inspecté le grand chantier complexe olympique , indiquant alors que que « nous allons nous atteler à procéder à des correctifs, à même de nous permettre d’être prêts pour la date butoir des Jeux Méditerranéens qui seront organisés en 2021 ». Concernant la première tranche de 8 km du projet de la liaison Port d’Oran – Autoroute Est-Ouest, un chantier qui a connu un ralentissement de la cadence des travaux, en raison des contraintes financières, le wali a rassuré les responsables de la firme turque «Makyol» quant au règlement de ses factures s’élevant à 5 milliards de DA.
Le chef de l’exécutif a par ailleurs souligné « l’obligation du respect de la règlementation en vigueur, concernant la gratuité des accès aux plages conformément aux instructions ministérielles et ce, tout en appelant les responsables locaux à se mettre au diapason pour faire respecter les règles, dans le domaine des activités commerciales estivales ».

Partager sur :

Un commentaire

  1. Hadj benali zohra le

    Ils attendent depuis des années leur tour :
    Les oubliés du relogement à Ras El Aïn s’impatientent

    Les oubliés du relogement de Ras El Aïn sont profondément affectés, par les dernières opérations de relogement.
    Les résidents de ce quartier, qui attendent depuis des années leur tour, pour bénéficier d’un toit décent, souffrent des coupures répétitives de l’approvisionnement en eau et en électricité et vivent dans la peur, en raison de la progression de la délinquance et autres maux.
    Les habitants, ou ce qui en reste de ce quartier historique, dénoncent la détérioration continue du cadre de vie. Des maisons détruites, des ruines à perte de vue, des carcasses de voitures et autres, (réfrigérateurs, cuisinières), des amoncellements d’ordures… Ce n’est pas une zone de guerre après un bombardement, mais c’est le berceau historique du vieil Oran, qui s’éteint de jour en jour, victime des pelleteuses et de la bidonvilisation.
    Oran est née ici, il y a onze siècles, au fond d’un petit ruisseau, mais que reste-t-il aujourd’hui de ce site historique ? Non seulement le quartier a été dévasté par les pelleteuses, mais la vie de familles entières, qui résident encore dans cette zone, a été profondément affectée, par les opérations de relogement. Les ordures sont partout, les insectes nuisibles et les reptiles colonisent notre quartier.
    Les intrusions des sangliers affamés sont quotidiennes. Et le pire est, que les maisons évacuées et à moitié détruites, sont squattées par des intrus, qui viennent d’on ne sait où pour s’installer ici, dans l’espoir de bénéficier du relogement. Certaines maisonnettes évacuées, sont devenues un fief de délinquants de tous bords. Les habitants vivent dans la peur. Ils craignent surtout pour leurs enfants, dans ces lieux envahis par des voyous. Dès la tombée de la nuit, cette zone devient un no man’s land. Les habitants se terrent dans leurs maisons, à cause de la défaillance de l’éclairage public. Beaucoup n’osent plus s’aventurer, en dehors de leurs maisons durant la nuit, de peur de faire de mauvaises rencontres. Les habitants réclament l’intervention prompte des autorités locales, pour sauver ce qui reste de ce quartier historique. Ils exigent un relogement immédiat, et la destruction de toutes les maisons évacuées. J’habite au numéro 6010 depuis 40ans j’ai 5 fille j’ai peur pour mes filles SVP faire quelque

Laisser une réponse